Monaco cosmetics

Papa Francis yiyemerera ko anywa urumogi yivura umwijima na rubagimpande.

Nkuko bitangazwa n’uyu munyamakuru, Constantin Van Dronk, Papa Francis yatangaje tariki ya 21/01/2018, ubwo yayoboraga misa ku kibuga cy’indege cy’I Las Palmas, mu murwa mukuru wa Lima, mu gihugu cya Chili, anasoza urugendo yagiriraga mu bihugu bya Chili na Peru; ko ajya anywa urumogi mu rwego rwo kwivura indwara y’umwijima.

Uyu munyamakuru akomeza avuga ko imbere rero y’imbaga nyamwinshi y’abantu bari bateraniye aho ngo Papa yatangaje akamaro urumogi (cannabis) rufite mu buzima bwe.

“Urumogi ruramfasha buri munsi mu buzima bwanjye. Rundutira kwivurisha umuti ugabanya ububare (witwa morphine), utangabanyiriza buri gihe ububabare nterwa na rubagimpande n’umwijima, bikomoka ku kunywa inzoga nyinshi cyane.Nywera urumogi mu bibabi binini bibiri, nkanarwivurisha nduvanze n’amavuta ncisha mu mwanya w’ibanga wo hasi.Muganga wanjye yanyandikiye urupapuro rwemeza ko nubwo urumugi rutemewe, ariwo muti ushobora kunyorohereza uburwayi”

Papa Francis ngo yakomeje avuga ko yigiye kuri internet uburyo bwo gukoresha uwo muti, avuga kandi ko akoresha ubwoko bw’ibimera burimo ibyitwa cannabidiol, hamwe n’ibyitwa tetrahydrokanabinol, bigira ingaruka zo gusindisha ubinyoye. Papa yongeraho ariko ko bitamworohera kuwubona, ariko akaba yaragize amahirwe y’uko hari ababikira baruhinga mu kigo cyabo, aho akaba ariho arukura.

“Nagize amahirwe yo kubona ababikira baruhinga mu kigo cyabo, abo nibo barumpa mu buryo bwo kumfasha”

Constantin akomeza avuga ko Papa yakomeje gusobanura uburyo bimuhenda kubona ako gatabi agira ati:” Mbere natangaga amaero 800 kugeza kuri 1500 ku kwezi, ibyo byari byatumye nsubira kuri morfine. Nifuzaga kuba nabona uko nkura ubwo bwoko bw’urumogi muri farumasi, cyangwa se Leta ya Vatikani ikajya inyishyurira mitiweri”

Gusa, urubuga rwa interineti rwa Leta ya Vatikani mu mbwirwaruhame yavuzwe na Papa kuri uyu munsi, nta na hamwe hagaragara aya magambo uyu munyamakuru yanditse, ibi bikaba bikomeje gutera urujijo.

Byavuye : https:// secretnews.fr/2018/01/27/pape-francois-admet-consommer-cannabis-soigner-cirrhose-foie

Kanda hano udukurikire kuri Facebook na Twitter

Ibitekerezo

Hirwa Déo - 9/02/2018 saa 15:22

Niba arunywa nk'umuti ntiyakagombye kubivugira muruhame ibyo sibyo kdi ntitwakeza urumogi ngo nikintu cyiza twashyigikira.
Kanda hano umusubize

Cloude - 9/02/2018 saa 14:38

Ibi Ntabyo yavuze rwose ni uguharabika. Ngaho mutwereke aho biri kuko Homelie ye ngiyo yose. Homélie du Saint-Père sur la base aérienne Las Palmas à Lima le dimanche 21 janvier. Las Palmas « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle » (Jon 3, 2). C’est par ces mots que le Seigneur s’adressait à Jonas pour l’envoyer vers cette grande ville qui était sur le point d’être détruite à cause de tout le mal qu’elle faisait. Nous voyons aussi Jésus dans l’Evangile en route vers la Galilée pour prêcher sa Bonne nouvelle (cf. Mc 1, 14). Ces deux lectures nous révèlent Dieu en mouvement vers les villes d’hier et d’aujourd’hui. Le Seigneur se met en marche. Il va à Ninive, en Galilée… à Lima, à Trujillo, à Puerto Maldonado… voilà le Seigneur qui vient. Il se déplace pour entrer dans notre histoire personnelle et concrète. Nous l’avons récemment célébré : il est l’Emmanuel, le Dieu qui veut être toujours avec nous. Oui, ici à Lima, ou là où tu vis, dans la vie quotidienne du travail routinier, dans l’éducation des enfants avec espérance, dans tes aspirations et tes soucis ; dans l’intimité du foyer et dans le bruit assourdissant de nos rues. C’est là, sur les chemins poussiéreux de l’histoire que le Seigneur vient à ta rencontre. Parfois il peut nous arriver la même chose qu’à Jonas. Nos villes, dans les situations de souffrance et d’injustice qui se répètent au quotidien, peuvent créer en nous la tentation de fuir, de nous cacher, de nous échapper. Et les raisons ne manquent pas, ni à Jonas, ni à nous. En regardant la ville nous pourrions commencer à constater qu’ « il y a des citadins qui obtiennent des moyens adéquats pour le développement de leur vie personnelle et familiale » [1] – et cela nous réjouit – ; le problème réside dans le fait qu’« il y a un très grand nombre de “non citadins”, des “citadins à moitié” ou des “restes urbains” » [2] qui gisent au bord de nos chemins, qui vont vivre dans les périphéries de nos villes sans les conditions nécessaires pour mener une vie digne ; et il est douloureux de constater que, très souvent, parmi ces “restes urbains” on distingue des visages de beaucoup d’enfants et d’adolescents. On distingue le visage de l’avenir. Et en voyant ces choses dans nos villes, dans nos quartiers – qui pourraient être des lieux de rencontre et de solidarité, de joie – il finit par se produire ce que nous pouvons appeler le syndrome de Jonas : un lieu de fuite et de méfiance (cf. Jon 1, 3). Un lieu de l’indifférence, qui nous transforme en des personnes anonymes et sourdes vis-à-vis des autres, qui nous font devenir des êtres impersonnels au cœur insensible ; et par cette attitude nous blessons l’âme du peuple, de peuple noble. Comme nous le disait Benoît XVI, « la mesure de l’humanité se détermine essentiellement dans son rapport à la souffrance et à celui qui soufre […] Une société qui ne réussit pas à accepter les souffrants et qui n’est pas capable de contribuer, par la compassion, à faire en sorte que la souffrance soit partagée et portée aussi intérieurement est une société cruelle et inhumaine » [3]. Quand Jean a été arrêté, Jésus s’est dirigé vers la Galilée pour proclamer l’Evangile de Dieu. A la différence de Jonas, Jésus, face à un événement douloureux et injuste comme le fut l’arrestation de Jean, entre dans la ville, il entre en Galilée et commence, à partir de ce petit village à semer ce qui sera le début de la plus grande espérance : le Royaume de Dieu est proche, Dieu est au milieu de nous. Et l’Evangile lui-même nous montre la joie et l’effet en chaîne que cela produit : cela a commencé avec Simon et André, puis Jacques et Jean (cf. Mc 1, 14-20). Et, depuis lors, en passant par sainte Rose de Lima, saint Torobio, saint Martin de Porres, saint Jean Macias, saint François Solano, l’Évangile est parvenu jusqu’à nous, annoncé par cette nuée de témoins qui y ont cru. Il est parvenu jusqu’à Lima, jusqu’à nous pour être de nouveau un antidote renouvelé contre la globalisation de l’indifférence. Car, face à cet Amour, on ne peut rester indifférent. Las Palmas2 Jésus a invité ses disciples à vivre aujourd’hui ce qui a saveur d’éternité : l’amour de Dieu et du prochain ; et il le fait de la seule manière dont il peut le faire, à la manière divine : en suscitant la tendresse et l’amour miséricordieux, suscitant la compassion et en ouvrant leurs yeux pour qu’ils apprennent à voir la réalité à la manière divine. Il les invite à créer de nouveaux liens, de nouvelles alliances porteuses d’éternité. Jésus parcourt la ville ; il le fait accompagné de ses disciples et il commence à regarder, à écouter, à prêter attention à ceux qui ont succombé sous le manteau de l’indifférence, lapidés à cause du grave péché de la corruption. Il commence à dévoiler beaucoup de situations qui asphyxient l’espérance de son peuple, suscitant une nouvelle espérance. Il appelle ses disciples et les invite à le suivre, il les invite à parcourir la ville, mais il change la cadence de leur pas, il leur apprend à voir ce qui jusqu’alors leur échappait, il leur montre de nouvelles urgences. Convertissez-vous, leur dit-il, le Royaume des Cieux consiste à rencontrer, en Jésus, Dieu qui s’unit vitalement à son peuple, qui s’implique et invite d’autres à ne pas avoir peur de faire de cette histoire une histoire de salut (cf. Mc 1, 15.21ss) Jésus continue à marcher dans nos rues, il continue comme hier à frapper aux portes, à frapper aux cœurs pour rallumer l’espérance et les aspirations : que l’avilissement soit surmonté grâce à la fraternité, l’injustice vaincue par la solidarité et la violence réduite au silence par les armes de la paix. Jésus continue à inviter et il veut nous oindre de son Esprit pour que nous aussi sortions pour oindre de cette onction capable de guérir l’espérance blessée et de renouveler notre regard. Jésus continue à marcher et il réveille l’espérance qui nous libère des connexions vides et des analyses impersonnelles et il nous invite à nous impliquer comme un ferment là où nous sommes, là où il nous revient de vivre, dans ce petit coin de chaque jour. Le Royaume des Cieux est au milieu de vous – nous dit-il – il est là où nous sommes disposés à avoir un peu de tendresse et de compassion, où nous n’avons pas peur de faire en sorte que les aveugles voient, les paralytiques marchent, les lépreux soient purifiés et que les sourds entendent (cf. Lc 7, 22), et qu’ainsi tous ceux que nous estimions perdus jouissent de la Résurrection. Dieu ne se lasse pas ni ne se lassera jamais de marcher pour rejoindre ses enfants, chacun. Comment allumerons-nous l’espérance des prophètes manquent ? Comment ferons-nous face à l’avenir s’il nous manque l’unité ? Comment Jésus parviendra-t-il à tant de lieux reculés si des témoins courageux et audacieux manquent ? Aujourd’hui le Seigneur t’invite à parcourir la ville avec lui, il t’invite à parcourir ta ville avec lui. Il t’invite à être un disciple missionnaire, et à faire ainsi partie de ce grand chuchotement qui veut continuer à résonner dans les divers recoins de notre vie : Réjouis-toi, le Seigneur est avec too. © Église catholique en France Édité par la Conférence des évêques de France
Kanda hano umusubize

joel Embiid - 8/02/2018 saa 01:32

None c uretse muri Africa bakabya nako abayobozi baho bigize utumana duto ugira ngo kunywa urumogi n'ikibazo? Uzarunywe wumve uko rumeze. Njye ndarunywa kandi iyo narubuze mbura amahoro nkumva ntmuntu nshaka kuvugisha cg nkumva ntabiryo nkeneye. Iyo umaze kunywa urumogi urahinduka ukumva ufite umutima mwiza, ugatekereza ibyiza gusa ukabona abapfuye bose uzi, ukajya ahantu hatuje kure kandi ukagira umutima mwiza. Abarukoresha nabi ntabwo mbazi kuko uzabaze umunywi w'urumogi wese ntabwo yifuza kugira nabi pee! Keretse wenda yo rumivuyemo
Kanda hano umusubize

Kidoze - 7/02/2018 saa 02:40

Ibyo birashoboka cyane, kuko imiti myinshi yo kwamuganga kandi myiza bayikora mu biyobya bwenge, urugero: Morfine (ugabanya uburibwe kurwego rwo hejuru), Tramadol.... Kuva Papa afata urumogi murwego rwo kwivura ntagitangaza kirimo.
Kanda hano umusubize

marie - 5/02/2018 saa 12:21

Ikinyamakuru cyanyu ntangiye kukigaya, kuki mukunda gusebanya. Inkuru nk’izi zidafite gihamya muba mwatoraguye ntimukazitugezeho. Nkunze ko mwabyivugiye ko ntahandimwsyibonye! Honte à vous!
Kanda hano umusubize

marie - 5/02/2018 saa 12:20

Ikinyamakuru cyanyu ntangiye kukigaya, kuki mukunda gusebanya. Inkuru nk’izi zidafite gihamya muba mwatoraguye ntimukazitugezeho. Nkunze ko mwabyivugiye ko ntahandimwsyibonye! Honte à vous!
Kanda hano umusubize

niyongabo Juvenal - 4/02/2018 saa 18:34

Ivyo sivyo nabukeyi kandi noneho birabobeka kwarigucafuza
Kanda hano umusubize

Edward - 4/02/2018 saa 17:40

Ariko ubundi urumogi ni umuntu uvura indwara nyinshi. Kera nkiri umwana najyaga mbona data aruha inyana zirwaye ikubabarire, Kandi zigahita zikira. yafataga ibibabi byarwo bibisi akabivutira mu mazi amaziha mugitondo inyana ikabyuka yakize. So ibyo nabyo PAPA avuga birashoboka 100%
Kanda hano umusubize

munyangeyo - 4/02/2018 saa 15:14

Nonese wagizengo harigitangaza gihari. Arukunywa urumogi no ku gufata abana babahungu banzenzibe bakoze hakomeyiki ?
Kanda hano umusubize

- 3/02/2018 saa 11:25

nubundi umuti wose ni uburozi hari nirusha urumogi dose
Kanda hano umusubize

- 3/02/2018 saa 03:52

Ivyo sivyo n abashaka gutuka ecleziya Gatolika. Bashaka kwambika ibara Ecleziya Gatolika
Kanda hano umusubize

- 3/02/2018 saa 10:40

Niba arunwa nkumuti ntimva ntacyo bitwaye nta gisebo kirimo
Kanda hano umusubize

emmy nshuti - 2/02/2018 saa 06:27

ariko niyo mwandika ibintu nkiyo mubamugamijiki gusebanya gusa
Kanda hano umusubize

Lameki - 4/02/2018 saa 14:09

None se uvuze ko Inzu iri gushya ni we uba uyitwitse?
Kanda hano umusubize

mugisha - 5/02/2018 saa 11:42

ntabwo arugusebanya imiti yose tunywa imyinshi n'ibiyobyabwenge cyane cyane analgetic/painkillers..., urumogi nubwo turutwika mubiyobyabwenge mubihugu byateye imbere rukorwamo imiti ikazaduhenda tuyitumiza.
Kanda hano umusubize

Nishiwme Amina - 2/02/2018 saa 05:44

Kuva arunywa arikwivura ntakibazo hagihari
Kanda hano umusubize

Tanga igitekerezo

Amazina yawe

Email yawe

Igitekerezo cyawe

Niba igitekerezo cyawe kidatukana, ntigisesereze.

Gihawe ikaze.

Close X